Logo de la Fondation vaudoise pour la culture


Créée en 1987, la Fondation vaudoise pour la culture a pour but d'honorer et récompenser les personnalités du monde culturel du canton de Vaud et leur donner les moyens matériels de poursuivre leur œuvre.

Palmarès 2014

Lionel Baier, cinéaste

Laudatio

Il voulait être bucheron et chirurgien, dit-il. Par esprit de synthèse, il est devenu cinéaste. Histoire de vivre à la fois à la canopée des choses et au cœur des êtres. Tout son œuvre égrène ses fascinations, les malaxe, les étire et les comprime, comme pour en tirer un jus pur, savoureux et essentiel. Mais aussi comme pour épuiser et se défaire de ces fascinations. Toujours en éveil, toujours à l’affût, le nez mutin, l’œil espiègle et le verbe vif, Lionel Baier invente et réinvente son écriture, son cinéma, sa vie. Il nous rappelle magistralement que le cinéma est surtout fait d’êtres et de choses, et de hasard aussi. Chapeau à ce bucheron-chirurgien.

Grand prix 2014

Vaud

Le Grand prix, d’un montant de 100’000 francs, honore une personnalité du monde culturel vaudois qui a enrichi le pays par une œuvre forte et une approche neuve. Cette importante somme apporte à un créateur reconnu le bien le plus précieux : un temps libéré de contraintes financières.

Gil Roman, Danseur, chorégraphe et directeur de ballet

Laudatio

C’est à lui seul que Maurice Béjart a choisi de confier ce qu’il avait de plus précieux : sa compagnie, ses danseurs. A lui le danseur de haut vol « à l’éclat de diamant noir », le chorégraphe de talent. Que n’a-t-on pas dit de l’héritier spirituel du maître : étrange, touchant, irritant parfois par sa sensibilité écorchée, surdoué, émouvant, tourmenté. « Il est au cœur de mon œuvre, ma mémoire vivante et sait ce qu’il faut en faire » disait Béjart. Comme il avait raison : Gil Roman s’avère un directeur exceptionnel qui conduit sa troupe de 40 danseurs dans le monde entier. Il est resté fidèle à l’esprit du maître tout en innovant avec de nouvelles créations. Et partout c’est le même succès, la même ferveur populaire, la même émotion : oui il fait rayonner Lausanne et le canton et nous sommes fiers de notre BBL !

Prix du rayonnement 2014

Nestlé

Le Prix du rayonnement, d’un montant de 20’000 francs, distingue une personnalité du monde culturel vaudois dont la renommée va au-delà des frontières du canton de Vaud et de la Suisse.

Christophe Gallaz, Chroniqueur et écrivain

Laudatio

Le prix de l’éveil à Christophe Gallaz ? Une provocation ? Un égarement ? Un paradoxe ? Un oxymore, tout simplement ! Le chroniqueur implacable de nos sociétés désenchantées et de nos intimités naufragées est aussi l’enchanteur de la littérature enfantine. L’intellectuel au long cours – impossible voyageur – parcourt le monde sur les ailes des oiseaux migrateurs. L’ethnologue impitoyable des entreprises humaines est fasciné par l’observation des abeilles. Qui de l’intellectuel, de l’ornithologue ou de l’apiculteur est Christophe Gallaz ? Avec lui, rien n’est simple. Il faut tout prendre.

Prix de l'éveil 2014

ECA

Le Prix de l'éveil, d'un montant de 20'000 francs, récompense une personnalité vaudoise qui enrichit la vie culturelle du canton en suscitant l'éveil du public, jeune ou adulte, par son travail de créateur, de médiateur, de formateur ou d'initiateur.

Cyril Jost, Editeur, chroniqueur et comédien

Laudatio

La beauté de notre époque se loge entre autre dans le métissage. Des corps, des cultures mais aussi des talents. Cyril Jost, alias Rajiv Patel, en est l’expression la plus aboutie. Elevé au Japon, éduqué en anglais avec l’accent de Bombay, il s’arme pour devenir Maître du mélange des genres. Dans la peau d’un attaché économique de l’ambassade indienne, il nous éclaire sur les vertus ambiguës de la globalisation. Homme de radio, il promène sa moustache dans les pages d’un magazine économique glamour et publie des ouvrages de vulgarisation dont rêvent tout éditeur : qui se vendent… Journaliste financier, il explique aux mères les sains principes de la puériculture contemporaine vue du père. Bref, un hyperdoué d’aujourd’hui qui se joue des aprioris et donne un sacré coup de vieux à l’humour local.

Prix de la relève 2014

BCV

Le Prix de la relève, d’un montant de 20'000 francs, récompense un talent émergent et au fort potentiel de développement.

Michel Voïta, Comédien et metteur en scène

Laudatio

De la pharmacie familiale de Cully à l’Ecole nationale de théâtre de Strasbourg puis à Paris et Vevey, le destin de Michel Voïta n’a rien d’un long fleuve tranquille. Ni son parcours professionnel du reste : apprenti vigneron, acteur, écrivain, metteur en scène, il passe du théâtre au cinéma et à la télévision (avec un détour par la Fête des Vignerons), de la mise en scène à l’écriture dramatique et même à la cuisine, le tout avec la même intensité, le même engagement et le même talent. Aucun défi ne l’arrête, lui le passeur de texte qui privilégie dans sa vie et sa carrière l’authenticité et fuit les mondanités. Intuitif, éclectique, discret, le neveu de Denise Voïta et le frère de Bernard Voïta était tout désigné pour recevoir ce prix « Théâtre » de la Fondation vaudoise pour la culture.

Prix culturel vaudois Théâtre 2014

Tetra Laval

Le prix culturel vaudois Théâtre, d’un montant de 20'000 francs, est un coup de projecteur sur un comédien et metteur en scène du canton.

Richard Dubugnon, Compositeur et interprète

Laudatio

De la musique avant toute chose. Le piano, puis la contrebasse, puis encore l'harmonie et le contrepoint. « Le mal était fait », comme il dit joliment. Après Lausanne, Nîmes et Montpellier, Richard Dubugnon fait étape au Conservatoire national supérieur de Paris et à la Royal Academy of Music, à Londres. Vite repéré, son talent de compositeur est vite couronné, notamment par la fondation Nadia et Lili Boulanger. Mais plus que les honneurs, c'est l'inscription de ses œuvres au programme des grands orchestres qui fait sa renommée : de l'Orchestre de Paris au Gewandhaus de Leipzig, ou au New York Philharmonic, et de l’OCL à l’OSR. A 46 ans, Richard Dubugnon a à son actif un catalogue luxuriant qui comprend musique symphonique, théâtrale, sacrée et de chambre. La musique. Toute la musique.

Prix culturel vaudois Musique 2014

philip-morris

Le prix culturel vaudois Musique, d’un montant de 20'000 francs, est un coup de projecteur sur un compositeur et interprète du canton.

Anne-Julie Raccoursier, Artiste

Laudatio

Le non-événement est sa matière première, elle évite le spectaculaire. Ses images recadrées, rythmées, montées en parallèle ou en succession, font voir par allusion une réalité sortant de l’ordinaire. Son travail de repérage et d’analyse, le montage minutieux, le choix des sujets la placent à la frontière entre documentaire et fiction mais son langage narratif suggère la complexité, les contradictions et détourne les représentations d’un monde banal pour en faire une lecture critique. Anne-Julie Raccoursier joue en esthète avec les codes liés aux activités humaines – sport, pouvoir, star system, patriotisme, urbanisme – et en démonte subtilement les rouages. Dans son travail, le non-événement devient révélateur du monde, pour notre plus grand bonheur !

Prix culturel vaudois Arts visuels 2014

Le prix culturel vaudois Arts visuels, d’un montant de 20'000 francs, est un coup de projecteur sur artiste du canton.

Raphaël Aubert, Ecrivain et journaliste

Laudatio

La plume court sur le papier, les mots, les phrases se forment et donnent naissance au style qui révèle la pensée subtile de Raphaël Aubert. Il interroge le monde et le monde l'interroge. Sa curiosité intellectuelle, nourrie dès l'enfance par une éducation culturelle approfondie, l'invite à répondre aux questions de l'existence. Les multiples facettes de l'écriture n'ont pas de secret pour lui. Elles traduisent ses émotions, invitant le lecteur à un parcours qui l'intéresse, l'émeut et lui donne les clés pour une analyse différenciée des textes qu'il lit. Ainsi, l’écrivain se mêle à l'artiste répondant à nos attentes en nous apportant la plus grande des satisfactions : la joie de lire !

Prix culturel vaudois Littérature 2014

Le prix culturel vaudois Littérature, d’un montant de 20'000 francs, est un coup de projecteur sur un écrivain et journaliste du canton.

Henriette Hartmann, Découpeuse et formatrice

Laudatio

Avec une discrétion et une humilité qui n’ont d’égale que sa passion inentamée, Henriette Hartmann a fait sien depuis son plus jeune âge ce savoir-faire aujourd’hui inscrit à l’inventaire du Patrimoine immatériel vaudois. Elle perpétue ainsi, sans la figer dans sa forme, une tradition enrichissante pour le terreau culturel qui nourrit notre inconscient collectif. La délicatesse, une infinie patience, une parfaite maîtrise technique lui permettent de faire vivre et vibrer ses évocations comme autant de poèmes finement ciselés. Par son travail, Henriette Hartmann confirme l’inscription de cet art vivant, issu d’une tradition très ancienne et aux attaches vaudoises très profondes, dans le réseau universel qui est le sien.

Prix du patrimoine culturel immatériel 2014

Le prix du patrimoine culturel immatériel 2014, d'un montant de 20'000 francs, est un coup de projecteur sur une personnalité du canton dont l'action a fortement contribué à la perpétuation, à l'évolution et à la transmission d'un élément culturel du patrimoine immatériel vaudois.