Logo de la Fondation vaudoise pour la culture


Créée en 1987, la Fondation vaudoise pour la culture a pour but d'honorer et récompenser les personnalités du monde culturel du canton de Vaud et leur donner les moyens matériels de poursuivre leur œuvre.

Palmarès 2011

Stéphanie Chuat et Véronique Reymond, cinéastes

Laudatio

Les frères Coen le réinventent aux Etats-Unis Comme les frères Dardenne en Europe; Et depuis peu, c’est un duo de talents féminins qui propulse le cinéma d’ici dans ce monde d’étoiles. Véronique Reymond et Stéphanie Chuat sont les Suissesses Qui prouvent que nulle n’est prophétesse En son pays. C’est le triomphe d’une fidélité en amitié qui remonte à l’adolescence, d’une ascension régulière sans effets spéciaux, ni de manche, ni d’annonce et aujourd’hui d’une large reconnaissance populaire. Leur premier long-métrage est un immense hommage à la vieillesse insoumise, à la mort digne et à la vie qui continue au-delà du deuil. En même temps qu’il marque la naissance, hors des frontières, d’une signature vaudoise dans l’univers du septième art.

Grand prix 2011

Le Grand prix, d’un montant de 100’000 francs, honore une personnalité du monde culturel vaudois qui a enrichi le pays par une œuvre forte et une approche neuve. Cette importante somme apporte à un créateur reconnu le bien le plus précieux : un temps libéré de contraintes financières.

Juliane Cosandier, ancienne directrice de la Fondation de l’Hermitage

Laudatio

Un esprit à la curiosité toujours en éveil, des compétences hors norme, une volonté souriante et tellement de talent ! Toutes ces qualités, Juliane Cosandier les a exercées au quotidien pour faire rayonner son lieu de prédilection : le musée de l'Hermitage. Par de subtiles touches novatrices, par un professionnalisme sans défaut, par des choix judicieux et très variés, elle a su faire de cette institution un endroit incontournable.

Le public, conquis par les accrochages de toiles éblouissantes aux cimaises, converge sans relâche vers ce rendez-vous culturel phare de la ville de Lausanne et du canton.

Cette grande dame de la culture possède cet art magique : faire partager ses passions et ses émotions picturales aux visiteurs de tous âges. Pour tout cela un mot : merci !

Prix du rayonnement 2011

Le Prix du rayonnement, d’un montant de 20’000 francs, distingue une personnalité du monde culturel vaudois dont la renommée va au-delà des frontières du canton de Vaud et de la Suisse.

Eliane Dambre et Nicolas Hafner, fondatrice et directrice des Ateliers du Funambule - directeur artistique des Ateliers du Funambule

Laudatio

La ténacité passionnée, voilà ce qu'on doit dire pour décrire en deux mots Eliane Dambre et Nicolas Hafner. Toute leur vigueur, ils la mettent au service des jeunes qu'ils forment. Ils ne renoncent jamais à encourager leur talent, à les aider à travailler leur voix, leur texte, leur gestuelle. Inlassablement, ils remettent l'ouvrage sur le métier et domptent les difficultés journalières pour leur transmettre la fougue qui les habite. Le Funambule est devenu, grâce à ces deux amis et complices de toujours, le repère indispensable de cet éveil musical et théâtral qu'ils chérissent. Les éclairs de joie dans les yeux des chanteurs, des acteurs et du public sont leur plus belle récompense. Ils ont su, ensemble, donner à la variété une subtilité qui mérite le respect et la reconnaissance.

Prix de l'éveil 2011

Le Prix de l’éveil, d’un montant de 20’000 francs, récompense une personnalité vaudoise qui enrichit la vie culturelle du canton en suscitant l’éveil du public, jeune ou adulte, par son travail de créateur, de médiateur, de formateur ou d’initiateur.

YoungSoon Cho Jaquet, chorégraphe

Laudatio

Romanesco, Whisky Gorilla, Champignons, Dry Fish : derrière ces titres énigmatiques se déroule un parcours chorégraphique singulier et prometteur. YoungSoon Cho Jaquet utilise le langage de la danse pour évoquer son univers poétique auquel elle associe étroitement le public. A la fois chorégraphies et performances, ses spectacles sollicitent nos sens, dans des moments cérémoniels où culture occidentale et culture asiatique se fondent, où les objets et les corps sont semblablement sollicités pour exprimer, évoquer, toucher. YoungSoon Cho Jaquet entreprend un voyage créatif extrêmement personnel que le public partage spontanément et que les scènes nationales et internationales ont déjà largement repéré. A suivre, avec les yeux grands ouverts et les sens en action.

Prix de la relève 2011

Le Prix de la relève, d’un montant de 20’000 francs récompense un talent émergent et au fort potentiel de développement.

Denis Savary, artiste

Laudatio

Granges-Marnand est à Denis Savary ce que Lausanne est au Major Davel : le chef-lieu de toutes les inspirations. A treize ans, il tourne sa première vidéo dans son village natal. Plus tard, il entre à l'ECAL avec une détermination digne du Major. Bien qu’il rate son admission, il ne sera pas décapité : magnanime, le bailli Pierre Keller le gracie. Débute alors le chemin d'un artiste d'exception, autant par l'intelligence de ses propositions que par la générosité de sa personne. Tout juste trentenaire, il évolue avec la discrétion d'une onde de choc dont l'épicentre se situe à Granges-Marnand. Lausanne est une étape, avant qu'il ne soit invité par Vevey, Bienne, Genève ou Paris. Un succès qui ne lui monte pas à la tête car il sait que sa patrie risquerait alors de la lui couper.

Prix culturel vaudois Arts visuels 2011

Le prix culturel Arts visuels 2011, d’un montant de 15’000 francs, met en avant un artiste du canton.

Karim Slama, comédien

Laudatio

Il cherche toujours un peu d’attention : il a largement attiré la nôtre. Il cherche encore un titre pour son spectacle : pas facile d’en trouver un lorsque l’on met l’humanité tout entière dans un seul personnage dont les principaux accessoires sont, la plupart du temps, des sons et des bruitages. L’humanité de Karim Slama est désopilante : le miroir qu’il nous tend nous permet de rire de nous dans un beau mouvement libératoire ; loin de nous déprécier, son humour nous propose un constat sur nous-mêmes et notre monde qui nous incite à une compréhensive lucidité.

Virtuose du geste, impressionnant de précision et d’inventivité, Karim Slama met de la poésie là où d’autres mettent de la dérision. Par un travail théâtral exigeant, il nous donne à voir, à comprendre et à rire. Quel cadeau ! Ne manque plus que le titre…

Prix culturel vaudois Arts de la scène 2011

Le prix culturel Arts de la scène 2011, d’un montant de 15'000 francs, met en avant un comédien du canton.

Julien Burri, écrivain

Laudatio

Salut à un jeune poète, nouvelliste, romancier et même journaliste à ses heures. Depuis bientôt quinze ans qu’il fait entendre sa voix, Julien Burri, précoce, excelle à brouiller les pistes, résistant à toute tentative de catalogage. Mais si les moyens d’expression sont multiples, la voix, elle, est unique. Elle dit l’amour rêvé, inquiet, fragile, fugace ; la beauté qui trouble et son corollaire, le désir ; et le corollaire du désir inassouvi, la solitude. Un univers glaçant, a-t-on pu écrire. Mais, de Jusqu’à la transparence à L’Etreinte des sables, de Je mange un boeuf à Beau à vomir, le chant n’est pas plaintif. Il émeut, surprend, intrigue, déconcerte parfois, amuse souvent ; jamais attendu, jamais convenu, toujours personnel. La marque, en somme, d’un authentique écrivain.

Prix culturel vaudois Littérature 2011

Le prix culturel Littérature 2011, d’un montant de 15’000 francs, met en avant un écrivain du canton.